• dielette web.jpg
  • st marcouf web.jpg
  • 100_1939 - rduite.jpg
  • chausey web.jpg
  • cherbourg pour baniere.jpg
  • Portbail - Mare haute.jpg
  • appun baniere.jpg

BAR / La FNPP reçu par le Ministre de l’Agriculture, M. Stéphane Travert…

 

Lors d’un long entretien empreint d’une grande fermeté mais resté courtois et constructif, nous avons pu exposer les difficultés sérieuses auxquelles la pêche de loisir en mer est actuellement confrontée et la vague de mécontentement sans précédent que les mesures décidées par le Conseil des Ministres européens ont suscitée au sein des pêcheurs en mer. Nous avons, JC Bel et moi-même, souligné l’énorme poids économique et sociologique lié à nos activités et les conséquences dramatiques engendrées par les mesures mises en place.

Interrogé sur ses intentions, le Ministre s’est engagé à demander le statu quo pour l’année 2018, à savoir la possibilité de pouvoir capturer un bar et par pêcheur au second semestre, et à œuvrer activement à la mise en place d’un quota mensuel dès 2019, dispositions auxquelles il a toujours été favorable.

En attendant que le CIEM actualise ces données 2017, nous avons annoncé notre intention de déposer une requête sommaire auprès de la Cour de Justice européenne pour discrimination entre citoyens européens et utilisation de données non fondées.

   Jean-Claude Bel (EFTTA), le Ministre de l’Agriculture Stéphane Travert et J Kiffer, président de la FNPP

 

 
 

BAR : RÈGLEMENT (UE) 2018/120 DU CONSEIL du 23 janvier 2018

 

 

RÈGLEMENT(UE) 2018/120 DU CONSEIL du 23 janvier 2018
 
établissant, pour 2018,les possibilités de pêche pour certains stocks halieutiques et groupes
de stocks halieutiques, applicables dans les eaux de l'Union et, pour les navires de pêche de l'Union, dans certaines eaux n'appartenant pas à l'Union et modifiant le règlement (UE) 2017/127
 
 
 

Communiqué FNPP : La pêche de loisir gravement menacée…

 

Notre fédération mène, depuis plusieurs années un combat pour défendre nos droits de pêche. La limitation des prises pour les espèces en difficulté s’appuyant sur les seuls quotas journaliers ne peut conduire qu’à une impasse. Conscients de cette situation, nous avons proposé, avec d’autres fédérations représentatives, la mise en place de quotas mensuels. Plus adaptés à notre activité, ils présenteraient aussi l’avantage d’évaluer sans ambiguïté le niveau de prélèvement de la pêche de loisir des espèces concernées et de lutter plus efficacement contre le braconnage.

 

La Commission européenne, sourde à tous nos propos et s’appuyant sur des données totalement erronées, a proposé des mesures excessives, incohérentes et injustes qui menacent gravement l’existence même des activités de pêche de loisir en mer. Le Conseil des ministres des pêches, réuni le 13 décembre, ne les a pas formellement rejetées, mais quatre pays dont la France souhaitent leur suspension jusqu’à parution des données CIEM 2017.  La possibilité de prélever un bar par jour au second semestre sur la zone Nord serait alors à nouveau examinée ! Quelle cohérence ! Cette situation ubuesque confirme nos analyses. L’existence de deux stocks distincts Nord et Sud n’est qu’une supercherie administrative. Les dernières parutions sur les migrations des bars en Atlantique sont éloquentes. A titre d’exemple, 60 % des bars tagués sur Ouessant ont été retrouvés sur le Plateau de Rochebonne ! De qui se moque-t-on ?

 M. Alain Cadec, conscient de cette situation, avait suggéré un quota de 1 bar par jour et par pêcheur en attendant l’instauration de quotas mensuels possiblement en 2019. Il n’a malheureusement pas été suivi. Nous espérons que ses propositions finiront par être entendues et sauveront une pêche de loisir aujourd’hui gravement menacée. Si les mesures de la commission étaient confirmées en l’état, les pêcheurs récréatifs européens n’auraient pas d’autre choix que d’entamer une action en justice auprès de la Cour européenne pour discrimination et utilisation de données erronées.

 Communiqué FNPP 

De nouvelles restrictions sur le bar !

La Presse de la Manche , le 15 décembre 2017.

Pêche de loisir : en Normandie, les bars devront désormais être relâchés

La Manche Libre , le 14 décembre 2017.

 

Les 28 Etats membres de l'Union européenne et la commission européennes se sont mis d'accord sur des quotas de pêche dans la nuit du mercredi 13 au jeudi 14 décembre 2017. Des mesures prises pour permettre la reconstitution des stocks et éviter la surpêche mais qui ne devraient pas plaire à tout le monde. Concernant la pêche de loisirs, les bars devront désormais être relâchés.

Eviter la surpêche et permettre la reconstitution des stocks, tels sont les objectifs des quotas de pêche pour 2018 discutés mercredi 13 décembre 2017 par les ministres des Etats membres de l'Union européenne et la commission européenne. Toutes les parties sont finalement tombées d'accord. 

Des changements pour les professionnels...

La pêche au bar va être plus réglementée. Sur le littoral de la Normandie, seuls certains types de pêche seront autorisés pour les professionnels, comme l'explique Le Figaro, et la pêche sera interdite pendant deux mois au moment de la reproduction. 

... et pour les pêcheurs amateurs

Concernant la pêche de loisirs, le changement est plus drastique encore. La pêche au bar est bien autorisée toute l'année mais les poissons devront être tous relâchés. La règle selon laquelle un pêcheur pouvait pêcher et ramener un bar n'est donc plus d'actualité.

 

 

Agenda

juillet 2018
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Espace réservé aux membres du comité. Veuillez rentrer vos informations de connexion pour accéder à l'espace membre.