• Port_Racine.jpg
  • cherbourg pour baniere.jpg
  • 100_6837 rduite.jpg
  • appun baniere.jpg
  • st marcouf web.jpg
  • ports-barfleur-pour baniere.jpg
  • Portbail - Mare haute.jpg

Pêche du bar: La Commission européenne ne comprend décidemment rien à la pêche!

Extrait du site d'Alain CADEC, Député Européen.

La Commission Européenne a publie cette semaine ses propositions pour les TAC et quotas 2015. Parmi celles-ci, une mesure scandaleuse et aberrante pour le bar.
La Commission propose en effet une limitation a un bar par jour et par pêcheur pour la pêche récréative.

On veut tuer la pêche de loisir et toute l'économie qui en découle ! Chacun est prêt à prendre ses responsabilités pour préserver cette espèce, comme par exemple les pêcheurs de loisir français qui se sont imposé une taille minimale de capture de 42cm. Ces efforts ont fait leurs preuves en permettant une réduction significative des captures. Les pêcheurs professionnels ont également fait des efforts importants en matière de repos biologique. Malgré cela, la Commission
veut être plus royaliste que le roi en imposant arbitrairement une limitation extrême. C'est un véritable aveuglement bureaucratique.
Je suis favorable à des mesures européennes de protection du bar mais il ne faut pas faire n'importe quoi. J'en appelle à la raison et demande instamment au nouveau Commissaire. Karmenu Vella. qui prendra ses fonctions le 1er novembre, de revenir sur cette proposition scandaleuse.
J'appelle également le gouvernement français à s'opposer à cette mesure en proposant des alternatives en coopération avec les autres États membres afin de préserver le bar de façon intelligente.
ll y a 3,5 millions de pêcheurs de loisirs en France. dont 2 millions sont peu ou prou concernés par le bar.

Il ne faudra pas s'étonner que les mesures aberrantes de la Commission déchainent l'euroscepticisme.

BAR, Pêche de loisir: Communiqué de la FNPPSF concernant le quota proposé par la commission européenne!

PROPOSITION DE LA COMMISSION EUROPEENNE QUOTA DE BAR EN MANCHE
POSITION DE LA FNPPSF


La proposition de la CE de limiter la pêche du bar à un individu par jour et par pêcheur en Manche est inacceptable. Cette mesure si elle était prise, impacterait de façon très significative, toute la filière nautique : fabricants de matériel de pêche, de bateaux, etc…

C’est la mort de la pêche de loisir.

Depuis déjà plusieurs années, nous dénonçons la pêche intensive sur les frayères en pleine période de reproduction ; cette pratique est en grande partie responsable de la détérioration de la ressource. En toute logique, nous avons demandé aux pêcheurs de loisir de respecter un repos biologique. Conscients de cette situation, nous avons accepté fin 2012 le passage du bar à 42cm, taille rappelons-le au- dessous de laquelle, le bar ne se reproduit pas. La pêche professionnelle a continué de pêcher de façon irresponsable à 36cm, aggravant ainsi le problème.

Notons que depuis le passage à 42cm, on estime que les prises des plaisanciers ont chuté de 40 à 50% selon les secteurs. Les chiffres sur lesquels s’appuie la CE ont été établis à partir de données antérieures à 2012 et ne tiennent donc pas compte de la baisse induite par ce changement de taille.

Nous avons également accepté, pour lutter contre le braconnage, le marquage du poisson.

L’effort consenti par la pêche de loisir a donc été conséquent. Il est grand temps que les professionnels en fassent autant.

Devant cette situation, la FNPPSF demande solennellement :

- Que la taille du bar soit fixée à 42cm pour tous, professionnels et pêcheurs de loisir.
- L’interdiction de la pêche du 1er février au 31 mars pour respecter le repos biologique de l’espèce.

Cependant, consciente des difficultés de l’espèce et conformément à ses orientations élaborées en congrès, la FNPPSF est ouverte à toute discussion pour étudier d’éventuelles mesures raisonnables visant à lutter contre le braconnage.

Bar, Pêche de loisir: La Commission Européenne, propose de limiter les captures à un individu par jour et par pêcheur!

Ce n'est pas une fiction, voici ou en sont arrivés nos fonctionnaires! C'est grave!

Fini les belles pêches qui font oublier les bredouilles!

Tac et quotas : la Commission publie des propositions majoritairement à la baisse:

Article 12

Pêche récréative du bar

Pour la pêche récréative dans les divisions CIEM IV b, IV c, VII a, VII d, VII e, VII f, VII g

et VII h, une limite de capture fixée à un bar par personne et par jour est applicable.

Ce n'est pas une baisse, c'est tout simplement une volonté de mettre à mort la pêche de loisir!

Le Marin: Bar : le Comité national des pêches pour une taille minimale de 40 cm

Parmi les diverses mesures proposées, les bolincheurs ne pourront pas dépasser les 25% de captures par marée.

Pour la deuxième fois en dix jours, la commission bar du CNPMEM s’est réunie, le lundi 20 octobre à Paris. À l’ordre du jour, la définition d’une position commune de l’organisation professionnelle sur les mesures à prendre pour cette espèce.

Les scientifiques du Ciem (Conseil international pour l'exploration de la mer) ont préconisé une baisse des débarquements en 2015 de 80 % pour la zone nord (Manche, mer du Nord et mer Celtique) et de 20 % pour le golfe de Gascogne. Le CCR (comité consultatif régional) des eaux occidentales nord doit discuter de ces propositions, ainsi que de toutes les flottilles concernées, pour aboutir à des décisions lors du conseil européen de décembre.

Lors d’une première réunion, le vendredi 10, la commission bar avait demandé à la direction des pêches de chiffrer les conséquences, toutes douloureuses, de plusieurs scénarios.

À l’arrivée, la principale décision prise est de demander une augmentation de la taille minimale de capture à 40 cm, pour tous les métiers et dans toutes les zones concernées par cette espèce. Une position médiane entre ceux qui voulaient en rester à 38 cm (dont les ligneurs, qui seront parmi les plus touchés) et les tailles bien plus importantes préconisées par d'autres pays (42 cm au Royaume-Uni, par exemple).

Par ailleurs, le CNPMEM préconise notamment une augmentation de la période d’arrêt de la pêche à 1 mois entre le 1er janvier et le 31 mars pour les chalutiers pélagiques, ainsi que pour les chalutiers de fond et fileyeurs ciblant cette espèce. Les autres métiers, comme les bolincheurs, ne devront pas dépasser les 25 % de captures par marée. Il demande aussi la mise en place d’un système d’AEP (Autorisation européenne de pêche) et estime que la contribution que la pêche professionnelle consentira devra être « accompagnée d’un effort équivalent de la part de la pêche récréative ».

Commentaire CPML50: Nous pêcheurs de loisir en acceptant le passage de la taille minimale de capture du bar de 36cm à 42cm , avons réduit nos captures de  bar de 30% ! Nous ne pêchons plus le bar du 1° février au 15 mars!

Nous demandons toujours une même taille minimale de capture pour tous ainsi qu'un arrêt de la pêche industrielle sur les frayères! Que  le résultat de ces efforts soit mesuré avant la mise en place de toute autre mesure! 

 

Le Marin Gestion du bar : les positions des ligneurs et des plaisanciers

Les ligneurs bretons suggèrent une hausse progressive de la taille de capture. (Photo : Solène Le Roux)

Face à l'urgence de mettre en place des mesures de gestion pour le bar en Europe, les ligneurs, comme les plaisanciers, ont fait connaître leurs positions, tandis que le Comité national des pêches et des élevages marins (CNPMEM) doit bientôt faire part de sa proposition.

L’association des ligneurs de la Pointe de Bretagne demande ainsi, dans un courrier au CNPMEM, un arrêt biologique appliqué à tous d’un mois au minimum sur février-mars ; l’interdiction de la pêche sur frayères ; et des efforts de sélectivité pour chaque métier. Pour les ligneurs, il s’agirait de limiter le nombre d’hameçons. Et pour les chaluts pélagiques, GOV (grande ouverture verticale) ou la senne danoise, ils suggèrent plutôt une limitation de capture hebdomadaire. Quant aux métiers moins sélectifs (fileyeurs ou chalutiers de fond), ils proposent une interdiction plus longue durant le frai ou une taille minimale de capture plus forte. Mais pour l’association, « un passage brutal à 42 cm serait fatal à certaines flottilles localement très dépendantes de poissons de petites tailles », et elle suggère une progressivité avec un premier palier à 38 cm.

De leur côté, les fédérations de pêche de loisir réunies dans l'AF3P (Alliance française pour la promotion de la plaisance et des pêches de loisir en mer) souhaitent que la taille minimale de 42 cm qu'elles se sont imposées soit appliquée aux professionnels. Et elles réitèrent leur demande d'interdiction des pêches sur frayères.

Agenda

août 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Espace réservé aux membres du comité. Veuillez rentrer vos informations de connexion pour accéder à l'espace membre.